Le forum de la webradio marocaine Anwarock.com 100% musique rock et metal.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Woodstock 69, une belle histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Re: Woodstock 69, une belle histoire. le Jeu 25 Aoû - 11:39

Anouar

avatar
Admin
Je suis d'accord, on ne vivera jamais un aussi beau festival de rock telque ce Woodstock!
Les artistes d'aujourd'hui ne sont plus engagés dans ce qui se passe autour d'eux dans le monde. Certains comme Bono, Bon Jovi et Bruce Springsteen s'éfforcent d'avoir l'air, d'être politiquement ou écologiquement engagés mais rien de tout ça n'est vrai, ils cultivent seulement leurs comptes en bank!
Les temps ont aussi changés, pour la guerre du vietnam, tous les jeunes du monde s'étaient rebèlés pour que cela cesse! Maintenant, les guerres chauffent un peu partout mais on s'en fiche complètement!
Et rien à voir avec les hippies d'autrefois, les indignés de notre époque écoutent de la house, campent dans des tentes Quechua et mangent des barres de céréale Smile


_________________
http://www.anwarock.com

2 Re: Woodstock 69, une belle histoire. le Jeu 25 Aoû - 10:56

ButterflyEffect


C'est vrai que ça me fais réver personnellement, mais je ne suis plus sur que nous pourrions un jour vivre ça étant donné les musiciens d'aujourd'hui...

James

avatar
C'est vraiment une très belle histoire Cool
J'espère qu'un beau jour on poura revivre un summer of love comme ça!

4 J'aime cette histoire! le Ven 25 Fév - 13:15

Nojby


Merci pour cette histoire vraie, j'adore Cool

5 Woodstock 69, une belle histoire. le Mar 4 Mai - 9:19

Anouar

avatar
Admin
1969 aux Etats-Unis : le flower power, les hippies, le sexe, la drogue et la guerre du Vietnam. C’est dans ce contexte qu’a lieu du 15 au 18 août 1969 le festival de Woodstock. Pendant quatre jours, la crème du rock débarque dans un pré de l’état de New York. 500 000 personnes dopées à l’amour et à la marijuana se rassemblent pour célébrer le « peace and love » et dénoncer la guerre. Vous y êtes ? Nous y sommes… alors, allons-y en vidéos.
Woodstock à Bethel
Aux prémices, le festival était tout sauf une manifestation désintéressée. Il s’agissait plus d’une entreprise commerciale montée principalement par Michael Lang. Ce jeune hippie, qui avait auparavant organisé le Miami Pop festival, voulait tirer de la recette d'un nouveau festival, les fonds suffisants à l'achat de son studio d'enregistrement (Media Sounds) situé à Woodstock. Et puis, rendons à César ce qui lui appartient, le festival n’a jamais eu lieu à Woodstock, mais à Bethel, 70 km plus au sud. A l’origine les organisateurs avaient jeté leur dévolu sur Woodstock, patrie de Bob Dylan, pensant assurer ainsi la venue de l’artiste. Raté. Finalement, le village de Bethel se montra plus enclin à accueillir une foule « douce rêveuse » prônant l’amour et le joint. Mais les billets et affichent du festival étaient déjà imprimés et le restèrent donc.
Une organisation dépassée
« Trois jours de paix et de musique. Des centaines d'hectares à parcourir. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l'air pur ». Cette publicité alléchante a séduit…beaucoup. Beaucoup trop. Les organisateurs ont vite été dépassés par l’ampleur du rassemblement (environ 500 000 personnes), les embouteillages qui en découlèrent, la pluie, la boue… A la fin de la première journée, les barrières délimitant le site sont levées rendant l’accès gratuit, le festival est prolongé d’une journée.
Le festival
Côté musique, 32 artistes, la crème du pop-rock, se succèdent sur la scène. Jimi Hendrix transcende la foule avec une reprise mythique de l’hymne américain. Janis Joplin, Santana, The Who, Joan Baez, Joe Cocker, Crosby, Stills, Nash and Young… enflamment un parterre d’utopistes totalement shooté au sexe, à la drogue et au rock. Beaucoup de ces artistes témoigneront leur sentiment d’être entrés dans l’histoire. Une histoire à laquelle les Doors, Led Zeppelin, les Moody Blues, Jethro Tull et Bob Dylan auront refusé de participer. Au terme de ces quatre jours, le festival s’achève avec un bilan mitigé. Trois décès et deux naissances marquèrent l’événement. La région fut peu après déclarée zone sinistrée. Et puis, dans un premier temps, le festival est un gouffre financier pour les organisateurs (ils deviendront bénéficiaires par la suite grâce à la vente des enregistrements audio et vidéo). Certains éditos parleront de Woodstock comme « l’accident de société le plus réussi des sixties ».
Et après ?
Promesse d’une ère nouvelle, radieuse, anti-militariste, Woodstock fut en réalité le dernier acte de la révolution culturelle des années 60 et la fin du flower power. Les milliers de hippies qui ont dansé nu, fait l’amour dans la boue en appelant à la paix ont dû un jour troquer leur pantalons pattes d’éléphants pour un costume cintré et commencer à travailler. La réalité a vite rattrapé ces jeunes idéalistes. Rich Hanley, professeur de journalisme à l’Université de Quinnipiac, ajoutera même, ironique : « Aujourd’hui les hippies sont tous devenus républicains, et au lieu de prendre du LSD, ils prennent du Viagra et perdent leurs cheveux ».
http://www.anwarock.com

http://www.anwarock.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum