Le forum de la webradio marocaine Anwarock.com 100% musique rock et metal.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rock Metal Arabe et oriental.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Horgh

avatar
La tracklist de "Serpents of the Nile" futur album du groupe égyptien de Death Metal Scarab ont été dévoilées. L'album qui devait contenir sept titres, en compte finalement huit.
1. Calling Forth the Ancient Spirits of Kemet
2. Visions of a Blood River
3. The Spells of Coming Forth by Day
4. Serpents of the Nile
5. Pyramid of Illusions
6. Funeral Pharaoh
7. The Afterlife Illusions
8. Days of a Burial Mask

http://www.anwarock.com/2009/10/04/horgh-à-la-batterie/

Le 666ème

avatar
Les Libanais de Kimaera viennent de dévoiler la tracklist de leur nouvel album "The Harbinger of Doom" à paraître pour cet été, et ce, deux ans après la sortie de leur précédent opus "Solitary Impact". L'artwork est signé Rhett Podersoo (My Dying Bride, Dawn Of Ashes) aux Machine Room Art & Design.

1. Ancient Serpents
2. Daughter of Eve
3. Praising My Pain
4. The Harbinger of Doom
5. A Casual Stray
6. The Script Of Sorrow
7. Claim the Dark
8. Blood of Saints
9. Aged Wine and Woe

Bonustrack
10. Lost Control
666

Ziryab

avatar
Admin
La première compilation officielle de Metal Oriental verra le jour le 19 mars, en sortie CD et digital.
La tracklist et la suivante:

1- Sapari (Orphaned Land)
2- Slaves For Life (Amaseffer)
3- Deus Vult (Arkan)
4- Lions In A Cage (Pentagram)
5- Merciless Times (Myrath)
6- Elohim (Almana Shchora)
7- The Taste Of Betrayal (Nervecell)
8- Haz El Adala Mayel (Khalas)
9- Kaffir (Nile)
10- Grand Gathas Of Baal Sin (Melechesh)
11- Fountains Of Muses (Sand Aura)
Z
Ces titres sont aussi programmés et passent sur Anwarock webradio la station marocaine qui diffuse un max de rock et de metal arabe et oriental! Dromad


_________________
http://www.anwarock.com/forum

Anouar

avatar
Admin
Revenant au passé, il ya quelques années de là, une nouvelle étincelle a brillé au Maroc. Entre passion et ambition de développer un nouveau projet musical, afin de partager de grands moments à travers la musique. L'idée était de conduire la musique marocaine avec un rock mélodique nouveau dans une atmosphère épique. Loin de ce que les groupes de métal donnant l'image pour ce genre de musique, essaya Analgesia par son originalité dans le choix précieux de la musique, et le chemin de la réussite, qui était le but de tous les membres d’Analgesia.
En Janvier 2006, Analgesia a déclaré sérieusement l’enregistrer le premier album, qui a débuté treize mois de préparation et de dur labeur avant, avec un line-up fait de cinq grands musiciens, tous partagent la passion d’Analgesia. Sous le titre «Return to the Self» le premier album était un mélange de métal mélodique traditionnelle avec quelques nuances épiques et les paroles apaisantes, vous faire réfléchir profondément sur le sens de ce monde, pour revenir à vous-même. Le premier album qui, sur-paré la bande, un rêve a commencé.
Grâce à tant de concerts locaux, à commencer par le "TownFest« 2006 », dans lequel le nom de la bande est prononcé la première fois, l'événement était historique pour le groupe, leur performance impressionnante que tout le monde en a parlé, et en a fait de nouveaux fans pour la bande. Après ce succès Analgesia a été invité dans le grand live Metal Fest I, puis II, qui a fait les fans de plus en plus pour la musique du groupe.
Après une année entière de la vie réussie, la bande était plus connue, la musique et les paroles ont été apprises par cœur par les fans. Analgesia est apparu avec un nouveau line-up, une voix féminine classique qui se démarque pour remplacer l'ancien chanteur. Dès lors, le groupe été développé musicalement, les membres avait beaucoup d'expérience musicale qu’ils ont commencé à apporter des éléments de plus en plus classique dans la musique, l'idée d'une chorale s'est présenté (qui apparaît dans certaines vieilles chansons qui ont été refaites) qui a créé une ligne fine entre la musique classique et le métal.
Personne n'a jamais pu nier la gloire de la bande dans le plus grand festival de musique métal au Maroc «L'boulevard» en 2007 dans laquelle la bande a été invité. Les premiers résultats pourraient être vus par le public dans une forme de style novateur, la belle musique mélodique a été reçu comme bizarre par certains comme beaucoup d'autres qui ont été dûment impressionné.
Décembre 2007 au 22 la date mémorable pour le groupe, un spectacle acoustique a été donnée dans la capitale du Maroc, des centaines de fans étaient là pour voir Analgesia dans un nouveau style, des bougies, des guitares acoustiques, un remake pour des chansons du premier album , des grandes reprises, quelques nouvelles compositions ont été faites spécialement pour ce spectacle, et divers musiciens talentueux on rejoint le groupe cette même soirée sur scène pour partager ce moment de pur bonheur. Le groupe a reçu des félicitations si nombreuses qu'il a retrouvé une nouvelle motivation.
Le groupe a continué à donner de grands spectacles, et a enregistré quelques nouvelles musiques avec quelques musiciens bien connus. Les réactions des nouvelles chansons ont été tellement impressionnantes que ça a confirmé la compétence du groupe dans l'ensemble du pays.
Les médias ont beaucoup entendu du succès de la bande alors qu’elle a été invité au Festival «Mawazine», et surtout d'effectuer à nouveau dans le plus grand événement de l'année: la dixième édition du Festival international "L'boulevard». C'était un spectacle parfait dans le théâtre national du Maroc. Après la magistrale en direct, un cirque véritable du type de support a commencé (radio, les magazines et webzines) a appelé le groupe pour quelques interviews, et la télévision nationale a fait un rapport spécial pour la bande dans les nouvelles TV principales.
Après cette victoire qui confirme résolument la renommée gamme de la bande analgésie s'est présenté avec un nouveau look, un nouveau claviériste, qui a le sentiment et le même objectif que les autres membres; l'ambition de faire de la bonne musique aux oreilles des amateurs de musique symphonique.
Une nouvelle ère a commencé, puis, le groupe voulait réaliser leur succès, en outre, à être plus populaire. Ils ont commencé à travailler à peine pour le nouvel album, "Era of the Storytellers » Le nouveau style musical, change et évolue de la nouvelle musique et la nouvelle renonce dans un album de rock extraverti symphonique avec toute la qualité et la puissance.
Le 7 Septembre, en 2009 était la date où tant de choses ont changé, depuis Era of the Storytellers est officiellement sorti, le groupe a confirmé qu'il y aura toujours du nouveaux, mais il ya l'innovation dans la musique, et a défini son identité.
Dans la même semaine; From the Ashes on Morocco est la piste la plus entendue dans les webzines internationaux, la première piste sur le top 100 dans les radios métal et dans beaucoup de sites le phénomène inattendus dans certains sites du monde connue dans les pays arabes et européens.
Parallèlement à cela, une date secrète pour la promotion du nouvel album a été donné, où pas plus de 100 personnes ont eu la chance de prendre part à cet événement authentique, dans un petit spectacle intime, ni le public ni le groupe ne se rendent compte qu'ils ont joué pendant près de 2 heures. Beaucoup de salutations après cet événement exclusif ont été révélées par les fans.
Le goût de la gloire n'a pas pris tant de temps que la contrainte de la pensée de meilleures choses pour le prochain album déjà, quelques semaines plus tard la bande commencé à travailler sur de nouvelles paroles, mélodies, de nouveaux concepts et techniques rassemblés dans un seul album, ce qui donne encore couleur à l'orchestration des grandes chansons. ce n'est pas facile de former un parfait mélange de classique, mélodique et metal rock musique, surtout quand le group est l’ambassadeur du symphonique metal du Maroc
Influences et sensibilités classiques, c'est ce que le groupe réalise. ’’Après ces travaux intensifs dur sur le troisième album, je sens les choses venir’’ explique le guitariste du groupe après l'enregistrement des pistes de guitare quand il a été interrogé sur le succès.
En 2010 deux singles du 3ème album sont sortit sortis, «Revolution has Begun» la chanson qui a bouleverser les mélomanes comme les fans du groupe; le nouveau concept de la bande, avec ses paroles convaincantes, voix superbe, des pièces orchestrales et une chaîne-et-choeur-infusé plus distingués que la bande est vraiment la chanson qui a tout. Quelques semaines plus tard Follow me est sorti, qui embrasse sentiment sur l'engourdissement. Une chanson mettant en vedette les plus grands chanteurs, a été un projet réussi que personne ne pourrait jamais nier à connaître le refrain par cœur.
Pendant les derniers jours de Décembre de la même année, Analgesia a donné un concert dans lequel le groupe a joué toutes les chansons que le public choisi-dans la même soirée, d'entendre, ce show exclusif, tel un spectacle splendide où Analgesia a confirmé leur niveau de compétence de jouer n'importe quelle chanson que les fans voulaient. La performance était parfaite que les fans s’en souviennent encore jusqu'à présent.
Quelques semaines avant la sortie du 3ème album, le groupe a publié une surprise unique en vertu de «Honour your Name» la chanson récompensant les fans de death metal avec ce single, qui avait déjà été enregistré et mixé en Décembre 2010, Janvier et Février 2011. Une fois la piste était sorti, les choses prennent un rythme plus haut, Tout le monde est curieux de l'album jusqu'à venir; «qu'il sera doux, classique ou un album heavy metal, le groupe a décidé de publier un trailer de l'album (la couverture, le tracklisting, le titre de l'album ...), donc, « Beyond Illusion» est toujours un mystère ...
Ne soyez pas surpris si vous vous trouvez pris dans des mondes si différents en un seul album, qui vous fera aller à un petit voyage dans le temps, et de rêver à travers les paroles. Vous laissent dire; remédions-nous de la maladie âme.
Au travers de ces années avec un parcours sans faille, la bande est fermement devenue un phénomène existant quelque part entre les extrêmes, le classique et la musique métal. En fait, Analgesia se bât toujours pour ses principes fondamentaux à jamais créer de nouvelles musiques, mais belle, estimant que "la bonne musique n'est pas seulement d'être entendu, elle est à être senti, d'être vécue" ... pour continuer sur le bon chemin...

Retrouvez tous les singles d'Analgesia sur Anwarock la webradio marocaine de musique rock et metal dans le programme diffusé entre 12H00 et 00H00 gmt!
Rockdialement,
Anouar


_________________
http://www.anwarock.com

Horgh

avatar
Myrath s'impose enfin dans le milieu du metal oriental, avec un album des plus chaleureux et exotiques


Il est un trio dans le monde du metal oriental qui ne cesse d'être de plus en plus fort et de grandir, tant par sa popularité que par sa maturité. Prêt à entamer une grande tournée européenne, les trois groupes en question se sont arrangés pour sortir une offrande particulière. Les français d'Arkan enregistrent « Salam » en avril, les israéliens et pionniers Orphaned Land sortent leur DVD « The Road to ORshalem » en octobre, et fin septembre, les tunisiens de Myrath nous offrent « Tales of the Sand ».

Myrath est la grande star de la Tunisie depuis sa formation en 2001, officiant dans un metal progressif très fortement influencé par ses origines culturelles. « Tales of the Sand » est leur troisième album, sorti un an et demi après un « Desert Call » déjà riche et chaleureux. Explorant de nouvelles facettes, les tunisiens arrivent à faire de leur metal, un metal magnifié par une intégration culturelle authentique, et cela s'entend tout le long de ces dix titres.

Grâce à une nette amélioration au niveau promotionnel, le groupe délivre enfin son talent avec virtuosité, consolidant sa musique et la rendant encore plus personnelle et charnelle, tout en véhiculant une énergie positive et orientale exceptionnelle. « Tales of the Sand » est non seulement produit par Kevin Codfert (Adagio), mais il se révèle aussi mixé par Fredrik Nordstom (Dimmu Borgir, In Flames). La qualité du son est donc indéniable et pour cause, chaque instrument et chaque son se démarquent, ainsi que la voix puissante et maîtrisée d'un Zaher Zorgatti plus en forme que jamais.

Même si cet album reste dans la continuité de « Desert Call », il n'en demeure pas moins une suite logique, plus mature et plus travaillée. Les morceaux sont moins longs mais restent tout de même en mouvement permanent, afin de transporter l'auditeur dans une douce chaleur orientale. Il voyage aussi bien dans des déserts que dans des souks ou dans des villages typiques, et ce grâce à un ensemble d'instruments orientaux et de riffs arabisants. « Under Siege » par exemple, pose parfaitement le décor dès l'introduction, avant de nous faire part de chants féminins orientaux et de violons typiques. « Braving the Seas » enchaîne aussitôt avec des percussions et toujours ces ambiances lumineuses et immersives.

Myrath n'oublie pas les bonnes habitudes et continuent de nous offrir des riffs efficaces, des mélodies entêtantes, mais aussi des soli techniques comme sur « Dawn Within » ou « Wide Shut ». Sur ce titre, aussi, on retrouve une des caractéristiques de Myrath, à savoir les duos d'instruments : on retrouve alors le couplage presque parfait des guitares et des violons, et ce, avec un rythme dansant. Autres exemples, « Requiem for a Goodbye » et « Beyond the Stars », où les guitares se mêlent aux claviers, rappelant les américains de Dream Theater. Cette influence plane encore sur l'ensemble des chansons de Myrath, sans toutefois devenir une évidence, les tunisiens réussissant de plus en plus à s'extraire de leurs inspirations.

Utilisant des thématiques liées aux mythes mais aussi à des événements récents, tel que la révolution tunisienne, les maghrébins mettent encore plus leur origines en valeur avec l'éponyme « Tales of the Sand » oriental à 100%, les percussions se mêlant à des violons et à un chant en arabe.

Myrath confirme donc son talent, devenant définitivement une figure importante dans un domaine musical de plus en plus en expansion, mélangeant la chaleur et l'exotisme de l'orient avec un metal prog travaillé, et ce, pour un résultat soigné et original. Aux côtés d'Arkan et Orphaned Land, ce trio forme le triangle imposant du metal oriental à découvrir ou re-découvrir en tout cas, c'est à écouter sur votre webradio marocaine Anwarock.

http://www.anwarock.com/2009/10/04/horgh-à-la-batterie/

6 Interview des tunisiens de Vielikan. le Mer 17 Aoû - 3:14

Le 666ème

avatar
Bonjour,
bravo pour ce topic qui parle des groupes arabes, c'est très important d'aborder ce sujet quant-on est la webradio marocaine Anwarock, diffusion 100% rock!
Voici un interview du groupe de Death tunisien accordé au webzine Pavillon666:

Salut Vielikan et merci pour cette interview. Avant de commencer, passons par les préliminaires, veuillez vous présenter pour nos lecteurs.

1- Vielikan est un groupe de Death metal composé de 4 musiciens qui sont Yessine à la guitare, Mehdi à la basse, Haythem à la batterie et moi-même à la guitare et au chant.
Le terme « Vielikan » est un mot russe (cela s’explique par mes origines Ukrainiennes) signifiant « géant ». Le groupe s’est concrétisé définitivement en 2008.

Alors un groupe Tunisien jouant du Death ce n’est pas très commun ces jours ci, si vous nous décrivez la scène Metal de l’autre coté de la méditerranée, comment ça évolue, les groupes qui existent…

2- J’imagine que pour vous cela doit être une chose assez surprenante mais cela est injustifié car ici, dans notre pays, ce n’est pas inhabituel, la scène metal est très diversifiée et généralement elle est de qualité. Néanmoins, même si les groupes demeurent minoritaires face aux pays occidentaux, le travail qu’ils fournissent dépasse de loin certains groupes étrangers. L’inconvénient majeur auquel ils se heurtent est le peu de moyens dont ils bénéficient et surtout le fait qu’il n’y ai pas d’encadrement professionnel adéquat, ce qui ralentit considérablement ces groupes les conduisant ainsi à une impasse.
Je ne cautionne pas les groupes qui, par fatalisme, ne font rien pour bouger les choses. Il faut au contraire se démener pour réussir.
Le paradoxe singulier qui existe au sein de notre scène metal est la solidarité entre les groupes (ils se dépannent volontiers sans même se connaitre personnellement) qui s’associe à une concurrence apocalyptique schizophrène à tendance agressive ! (les bagarres au coin de la rue pour un concert raté !)
Je conseille vivement aux lecteurs de découvrir la scène metal tunisienne et je suis sûr que des groupes tels que Vomit The Hate, Damned Sorrow et Apostol les surprendront.

Venons à « ATrapped Way For Wisdom », un son assez clean malgré que c’est une auto production, comment ça c’est passé pour vous l’enregistrement et quelles difficultés vous avez trouvé ?

3- Le problème dont je me souciais était la qualité et la netteté du son, et c’est pour cette raison que j’ai recommencé trois fois tout le travail jusqu’à aboutir au résultat final.
Nous n’avons trouvé aucune difficulté à enregistrer l’album.

Comment se passe la composition au sein de Vielikan ? Est-ce un travail de groupe, chaque membre y rajoute du sien ?

4- Concernant « A trapped way for wisdom », j’ai été celui qui a principalement développé les sept morceaux.
Aujourd’hui les choses se passent différemment Les membres me suggèrent des idées excellentes. Mehdi ne s’occupe plus uniquement d’écrire ses lignes de basse, il propose désormais des structures entières toujours aussi jazzées et anarchiques. Quant à Haythem le batteur, il s’implique dans le jeu de guitare en composant lui-même des riffs surprenants tout en me laissant la liberté des les parfaire à ma manière. Pour ce qu’il s’agit de l’arrangement des morceaux, c’est Yessine qui m’éclaircit sur des points fondamentaux en plus de fournir des compositions entières. Pour ma part, je donne une idée de base toujours focalisée sur le thème lyrique du morceau.
La notion d’unité au sein du groupe est définitivement instaurée depuis que Haythem et Yessine nous ont rejoints l’an dernier.



A travers des titres comme « A Virtiginous Fall » on trouve beaucoup d’influences, un sacré mélange. D’où vient cette variété ? quels ont été les groupes qui vous ont inspirés ?

5- L’ambiance qui enveloppe Vielikan (et qui est en quelque sorte sa signature) est oppressante et provoque presque un malaise inexplicable. Elle repose sur un écrin marécageux, sombre et indéniablement glauque. Notre souci étant de provoquer un sentiment obscur et dérangeant chez celui qui écoute. En plus de cette atmosphère quasi-surréaliste, je m’efforce de ne jamais m’éloigner de mon profond attachement à la musique tzigane russe et cela se transcrit dans les mélodies. Pour ce qu’il s’agit des groupes qui pourraient éventuellement nous inspirer, nous apprécions particulièrement Morbid Angel, Opeth , Gojira, ou encore Bloodbath.

Quels sont les thèmes de vos paroles ? Défendez-vous un point de vue particulier ?

6- Les paroles de Vielikan vous seront compréhensibles si vous les lisez de manière subjective et que vous laisser libre court à votre interprétation intime. Elles seront toujours perçues différemment par celui qui écoute car chaque personne y verra sont propre miroir. Je vais tout de même vous orienter en précisant que le dessein profond de nos textes est un condensat entre le pouvoir qu’exerce l’émotion sur la raison mais surtout son influence considérable sur notre entendement.

Le prochains projets de Vielikan ? Un contrat peut être ?


7- Notre objectif est de trouver une distribution en World Wide et de s’étendre à des réseaux plus vastes. Rien n’est encore définit, les négociations n’aboutissent pas encore tel que nous le voudrions, nous préférons de loin rester indépendants plutôt que de rejoindre un label qui ne s’accorde pas avec Vielikan.

Le mot de la fin est pour vous.

8- A la prochaine ! Et merci à Pavillon 666.
666

Ziryab

avatar
Admin
Formé en 2005 par l'ancien batteur de The Old Dead Tree, Foued Moukid, le groupe de death metal Arkan s'est donné pour ambition dès son premier album "Hilal" (2008) de mélanger la puissance du metal aux sonorités orientales venues du Maroc et d'Algérie. Une telle entreprise, même si elle n'est pas nouvelle, est encore peu répandue, les groupes se contentant bien souvent d'inclure quelques parties orientales à leur metal avec parcimonie. Peu s'aventurent à faire cohabiter ces deux genres sur la durée d'un album et à ce petit jeu là seuls les israéliens d'Orphaned Land nous viennent à l'esprit.

Ce manque de référence dans le genre favorise forcément la comparaison avec les maitres du genre : musique traditionnelle arabe (même si les connaisseurs, dont je ne suis pas, clameront sans doute une différence entre la musique traditionnelle du Moyen-Orient et celle d'Afrique du Nord), (death) metal classieux, chant féminin mélodique, growls, guitares acoustiques, etc. L'adjectif d'oriental death metal utilisé pour qualifier la musique d'Arkan est amplement justifié à l'écoute de ce deuxième album des parisiens qui réussissent le pari (notez, le jeu de mot ultime !) de fondre les deux univers qui leur tiennent tant à cœur dans un même ensemble sans qu'on puisse crier au patchwork sans queue ni tête. On sent que les cinq musiciens d'origine arabe ont des influences bien ancrées dans les deux "civilisations" qu'ils régurgitent en une seule et même entité cohérente. La puissance métallique des riffs et la lourdeur de la batterie trouvent ainsi un écho complémentaire dans les harmonies folk de l'oud ou des sitars et les percus de Foued (le break central de "Blind Devotion"). Dans le même esprit, la dualité entre les growls profonds de Florent et les mélodies exotiques de Sarah permettent de faire voyager l'auditeur entre l'occident et l'orient au sein d'un même morceau. Arkan va même parfois jusqu'à juxtaposer les hurlements du premier avec ces instrus folks alors que le chant lumineux de la seconde se mêle aux grosses guitares ("Beyond Sacred Rules").

La formation parisienne a en outre hérité de The Old Dead Tree ce sens de la transition entre les ambiances et les chansons qui les lient avec brio entre elles. La comparaison avec l'ancien groupe du batteur ne s'arrête pas là puisqu'on trouve également dans la musique d'Arkan ces ambiances sombres proches du gothique empruntées à Paradise Lost (le riff principal de "Sweet Opium").

Pour autant, Arkan lorgnerait finalement presque plus vers son penchant oriental que de son background purement metal. Voilà qui risque de déplaire aux puristes de notre musique préférée. J'en vois déjà lever leur bouclier de défenseur du metal en proclamant que ce que propose ce disque n'y fait pas assez honneur ou que le timbre de Sarah rappelle trop celui de Cristina Scabbia (Lacuna Coil) et par la force des choses le metal mainstream. Rien n'est plus faux car si on se peut s'empêcher de penser à la chanteuse italienne, on est bien loin de la musique délivrée par son groupe, surtout ces derniers temps... De toute façon, comme dit précédemment, s'il y a bien un groupe auquel comparer Arkan, c'est assurément Orphaned Land. Mais cette influence semble particulièrement bien assumée vu que le chanteur du combo israélien, Kobi Farhi, intervient (et pas qu'un peu !) sur "Deus Vult" donc pourquoi leur en tenir rigueur ? Après tout il y a pire comme influence…

Accordons nous une petite parenthèse pour souligner l'excellent travail de production de Fredrik Noström (In Flames, Dark Tranquillity…) qui prouve une fois de plus qu'il n'est pas que le producteur attitré des groupes de death mélodique de Göteborg. Il est aussi capable d'offrir un son chaleureux aux groupes avec qui il travaille.
Dromad
"Salam" est donc une invitation au partage et au mélange des cultures plutôt revigorant en cette période trouble pour le multiculturalisme en France. Ces parisiens grandissent à vu d'œil et même si leur pleine maturation n'est pas encore atteinte, ils s'en rapprochent à grand pas. Ce disque est l'une des très bonnes surprises de ce début d'année d'un groupe qu'on vous jure de suivre maintenant de beaucoup plus près. Cool

http://www.anwarock.com/forum

Ziryab

avatar
Admin
Nervecell venant de Dubaï des Emirat arabe Unis, je m’étais plaint lors de la chronique de leur premier album que l’influence du Moyen-Orient ne ressorte pas plus dans l’écriture de leurs titres. Nervecell a dû lire ma chronique, car avec ce nouvel album, c’est toute la culture arabe qui ressort dans les moindres notes de Psychogenocide. Du moins, durant les deux premières minutes de l’introduction, où l’on a droit à quelques notes d’instruments à cordes et de percussions rappelant les oasis, les djinns, le couscous et la djellaba. Ça sera bien tout, ou presque.

Car dès le premier titre, c’est le death métal qui reprend ses droits, le bon vieux death typé US, traditionnel et brutal, râpeux et violent sans être extrême. Pas de gros changement par rapport à Preaching Venom (juste un nouveau batteur de session), sorti en 2009, sinon dans la production qui s’est bien améliorée, même si elle n’était déjà pas honteuse alors. La grosse caisse, surtout, fait moins triggée, plus naturelle, et l’équilibre du mix est plus agréable, permettant à Nervecell de mieux mettre en avant la puissance de ses compositions. Compositions qui, comme pour Preaching Venom, ne sont pas forcément flamboyantes mais restent bien calibrées et efficaces. On pense souvent à Sinister dans l’ambiance, le tempo pas toujours très véloce, et rien que le fait qu’un jeune groupe en rappelle un autre, vieux de la vieille celui-là, est en soi, sinon un compliment, du moins un encouragement. Il y a tout de même des choses intéressantes dans cet album. Un riff qui, ici ou là, frappe l’oreille, flatte la nuque et émoustille la belle crinière que tout amateur de death métal se doit de faire tourner avec vélocité au moindre growl.

Un "Amok Doctrine" bien senti, "Driven By Nescience" qui rappelle plus que jamais Sinister, ou encore les rythmes cassés et les riffs tordus de "Psychogenocide" : déjà vu mais efficace. Malheureusement, le groupe passe à côté de certaines choses qui auraient pu être mieux amenées : sur le titre "Shunq", Nervecell fait intervenir un invité de marque (Karl Sanders de Nile) et chante une partie du titre en arabe, sans que cela ne frappe l’auditeur qui, entre un growl en arabe et un autre en anglais, ne fait pas la différence s’il n’y prête pas directement attention. Alors quand le marketing du label affirme sans sourciller que « cette chanson est la toute première chanson de métal extrême à comprendre des paroles en arabe et en anglais », on a envie de dire « ouais, et alors ? Pour ce que ça change… ». Notons le petit instrumental mélodique sympathique "The Taste of Betrayal", qui rehausse un peu la qualité entre deux titres un peu fades, mais heureusement, l’album s’achève sur le monstrueux "Nation’s Plague", dont le riff est sans aucun doute le meilleur de l’album, et est bien mis en avant avec introduction surpuissante.

On aurait pu espérer mieux. Au lieu de ça, c’est un album efficace mais convenu, sans réelle originalité sinon quelques notes orientales ici ou là, des bons riffs et une production réussie, mais rien qui ne fera sortir cet album du lot. On sent la personnalité de Nervecell en passe de s’affirmer pour de bon, alors attendons sagement la suite en essayant de rester optimiste. Allez les gars, surprenez-nous…
Album: Psychogenocide
(2011)
Genre : death metal
Label: Lifeforce Records

Membres du groupe:
-James Khazaal
(basse+chant)

-Barney Ribeiro
(guitare)

-Rami H. Mustafa
(guitare)

-Dave Haley
(batterie)

Track List de l'album Psychogenocide:
1)Anemic Assurgency
2)Upon an Epidemic Scehem
3)All Eyes on Them
4)Amok Doctrine
5)Psychogenocide
6)Imprint
7)??? – Shunq (To the Despaired…King of Darkness)
8)The Taste of Bertayal
9)Driven By Nescience
10)Nation's Plague

Discographie du groupe:
Preaching Venom (2009)
Psychogenocide (2011) Groupe de rock

http://www.anwarock.com/forum

9 Rock Metal Arabe et oriental. le Lun 15 Aoû - 11:51

Ziryab

avatar
Admin
Du Maroc jusqu'en Iraq, un topic consacré à la scène rock metal dans le monde arabe, news, chroniques... Dromad

http://www.anwarock.com/forum

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum